Il était une fois...

Il était une fois…

…une association créée en 1982 pour aider l’animateur socioculturel embauché par le SIVOM de Saint-Georges-du-Vièvre.

Il s’agissait alors de mettre en oeuvre une politique d’animation en partenariat avec toutes les associations du canton. Les premières actions furent lancées en faveur de la jeunesse. Ce fut d’abord l’organisation de camps de vacances d’été et d’hiver pour les adolescents, puis un centre aéré pour les enfants, des journées sports pour tous, un cross cantonal ou encore des journées vélo.

En 1988, à la veille du bicentenaire de le Révolution Française, un projet son et lumière germa dans les esprits et se concrétisa en juillet 1989 avec le premier spectacle Les Matins de la Liberté sur le Vièvre qui se déroula avec succès devant le manoir de Saint-Etienne-l’Allier.

Une dynamique était créée, une équipe de bénévoles enthousiaste et soudée organisa en 1992 et 1993 Le Mystère du Caillou Marais en collaboration avec la Compagnie de la Pie Rouge. Ce spectacle restera dans les mémoires comme un des plus beaux réalisés par l’association.

En 1995 et 1996, ce fut le Mystère du bon frère Rabelais. Le SIVOM met à notre disposition un gradin de 1000 places, du matériel son et lumière achetés grâce à des fonds européens. Parallèlement au spectacle, l’action en faveur des jeunes s’est pérennisée avec la création d’un centre de loisirs à Saint-Georges-du-Vièvre et des événements comme la Planète Livre.

En 1999, il a fallu changer de lieu pour le spectacle, Madame Degrain a accueilli la troupe de bénévoles au château de la Thillaye à Saint-Christophe-sur-Condé où fut présenté trois années consécutives Raconte-moi le Vièvre.

Puis en 2004, nouveau déménagement, nouveau spectacle : Vièvre, Terre de Mystères mais toujours chez Madame Degrain au manoir de la Fortière à Epreville-en-Lieuvin.

En 2009, un nouveau spectacle Les Flammes du Souvenir fut joué trois années de suite mais les difficultés financières ne permirent pas de poursuivre l’aventure. Néanmoins, les bénévoles ne baissèrent pas les bras et permirent à l’association de solder ses créances et de revenir à une situation financière saine.

Il faut saluer le courage de ceux qui ont organisé des manifestions, ont participé aux montage des gradins loués à d’autres associations. C’est à cette époque difficile qu’ont commencé les animations scolaires avec l’accueil de plusieurs centaines d’élèves du département de l’Eure à des ateliers pédagogiques animés par des bénévoles. Pour maintenir un lien entre les figurants qui le souhaitaient et poursuivre notre animation culturelle, un nouveau concept fut créé sous la forme d’un spectacle itinérant en juillet et août, il s’agit des Soirées Vagabondes du Vièvre.

2015 marque le début d’une trilogie nommée Adèle, Poussin de Haie. En effet, pendant trois ans, le village de Saint-Benoît-des-Ombres fut remis au goût du XIXème siècle pendant plusieurs weekends. Saynètes, jeux, animaux et artistes en tout genre se réunirent pour régaler petits et grands.

Malgré le succès de cette nouveauté, les bénévoles souhaitèrent proposer un autre type de divertissement encore plus immersif en 2018. C’est ainsi que le spectacle C’est qui qu’a tué l’Pé Plessis? voit le jour. Une enquête théâtralisée dans laquelle le public est invité à participer activement à la découverte de l’assassin. Inspiré de faits réels, cet événement est encore un moyen d’en apprendre davantage sur notre patrimoine normand et une manière de partager une expérience humaine riche en rebondissements.

L’année 2019 suivante s’est inscrite dans la continuité des Soirées Vagabondes alors initiées il y a déjà plusieurs années. Une dernière représentation abritée sous la charpente majestueuse de la dîmière du manoir de la Fortière à Epreville-en-Lieuvin qui a rappelé à plus d’un de doux souvenirs.

Pour l’année 2020, LCVL vous propose Emilien, Compagnon du Devoir qui se déroulera du 18 au 19 juillet à Morainville-Jouveaux. L’idée est de replonger un village en 1905 où les spectateurs seraient invités à découvrir certains métiers de l’artisanat mais également l’atmosphère du début du XXe siècle. Ainsi, à l’époque des premières étapes du Tour de France de vélocipèdes, de l’affaire Dreyfus mais également de la séparation de l’Église et de l’État, chacun pourra apprécier et en apprendre davantage sur les précieux savoirs-faire des compagnons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>